ou
1949, L'attentat de Sault-au-Cochon

 

La fiction
(le film de Denys Arcand produit en 1984)

Au Québec, dans les années 50, la vie s'écoule paisiblement pour la famille Plouffe et notamment pour Ovide. Bel homme, marié à la charmante Rita, propriétaire d'une bijouterie florissante, Ovide voyage couramment pour ses affaires. Au cours d'une de ses absences, son associé Pacifique Berthet, qui travaille, compte tenu de son infirmité (il ne se déplace qu'avec des béquilles), dans l'arrière-boutique, va surprendre la frivole Rita en flagrant délit d'adultère avec le galant Stan Labrie. Aigri par la vie et surtout déçu que Rita n'accepte pas ses avances, Pacifique suggèrera à Ovide que des hommes importunent son épouse durant ses voyages. Et Rita, croyant le pot-aux-roses découvert, avouera ses infidélités à Ovide. Celui-ci devient de marbre avec sa femme et, pour se consoler, fréquente une jeune serveuse, Marie. Mais la famille Plouffe n'entend pas de cette oreille le comportement de l'un des siens. Il faut savoir pardonner. Et ainsi Ovide se voit contraint d'offrir à Rita un voyage en Europe. Ce n'est qu'au tout dernier moment qu'il avoue à la jeune femme attristée qu'il n'a accepté ce voyage que pour sa famille mais qu'il préfère renoncer, faute d'amour. Et Rita s'envole seule. L'avion explose en plein vol. Ovide est immédiatement soupçonné non seulement en raison de sa décision de dernière minute, mais aussi pour une police d'assurances et surtout pour le volumineux paquet dont il prenait tant soin. Le procès fait grand bruit et les chances d'Ovide paraissent bien minces malgré la mobilisation de la famille Plouffe. La condamnation à mort tombe comme un couperet. Stan Labrie n'est vraiment pas satisfait de cette condamnation et c'est sans doute pour cela qu'il rôde si souvent autour du jardin de Pacifique, lequel s'occupe soigneusement de ses fleurs. Trop peut-être pour être honnête...

 

La réalité

Le crash

Le 9 septembre, un DC-3 de la Quebec Airways (filiale de la Canadian Pacific Airways), en provenance de Montréal, décolle de l'aéroport de Sainte-Foy, à 10 heures 20 avec 5 minutes de retard. À 10 heures 45, il survole le Sault-au-Cochon, un petit hameau de pêcheurs situé à 65 km à l'est de Québec, peu après le Cap Tourmente. C'est au moment où il amorce son virage vers le fleuve qu'il explose.

Sur leurs bateaux, les pêcheurs entendent l'explosion et voient les objets virevolter dans l'air, parfois plus haut que l'avion lui-même. Celui-ci s'écrase au-dessus du cap, à 3 kilomètres de la voie ferrée. Les témoins se rendent vite sur la rive téléphoner au village le plus proche afin d'annoncer la nouvelle.

Trois agents sont immédiatement envoyés sur les lieux. Après avoir monté le cap et s'être frayé un sentier dans les bois, ils aperçoivent l'épave et les débris éparpillés autour. Les passagers, morts sur le coup, sont amoncelés en avant et en arrière de la cabine. Il y a 23 morts dont 19 passagers. Parmi eux, se trouvent trois dirigeants de la Kennecott Copper Corporation de New York, qui sont également des cadres de la Quebec Iron and Titanium, propriétaire de plusieurs mines dans la Côte-Nord. Tous ces gens se rendaient à Baie-Comeau, lieu d'escale de l'avion.

Dès le lendemain, la nouvelle va prendre une dimension internationale dans les journaux. Les autorités américaines réclament, de leur côté, une enquête rapide, à cause du climat d'incertitude. En effet, certaines personnes se demandent si, dans le climat de début de guerre froide, il ne s'agirait pas d'un attentat terroriste relié aux milieux communistes.

L'enquête

Dès le 9, deux experts ingénieurs, S. M. Francis et Stanley Lynn, se sont rendus sur les lieux du crash afin d'examiner les débris de l'appareil et de tenter de trouver une explication à l'explosion. Ils sont accompagnés de trois chimistes et de plusieurs techniciens. Ils découvrent rapidement que l'explosion a eu lieu dans la soute à bagages à l'avant gauche de l'avion. Des pièces de métal sont découvertes autour de l'avion qui auraient pu servir de détonateur. Après quelques jours, on en vient à la conclusion que l'explosion est due à de la dynamite probablement placée dans un colis piégé que l'on a déposé dans l'appareil lors de l'escale de L'Ancienne-Lorette.

La SQ enquête aussi de son côté et regarde de plus près les antécédents des passagers et de leurs proches. L'une des victimes se nomme Rita Morel, épouse d'un citoyen de Québec, Albert Guay. Le matin même du crash, celui-ci avait contracté une police d'assurance à son nom de 10 000 $ en cas de mort accidentelle. Le même matin, Marguerite Pitre, une amie d'Albert Guay, avait fait déposer dans l'avion un colis devant être livré à Baie-Comeau. Il était plus que probable, selon les enquêteurs, qu'il aurait pu contenir la bombe.

Des arrestations

Le 19 septembre, le Petit Journal de Montréal laisse filtrer l'information que la police s'apprête à arrêter une femme qui aurait apporté le colis à l'avion. Le lendemain, Généreux Ruest, habitant le quartier Saint-Roch à Québec, se présente à la police et déclare que c'est sa sœur Marguerite qui est allée le porter à l'avion, qu'il contenait une statuette devant être livrée à Baie-Comeau et qu'il s'agissait d'une commission de la part d'Albert Guay. Celui-ci lui avait donné rendez-vous le matin du 9 à la Gare du Palais afin de lui remettre le bagage, ainsi que de l'argent pour payer le taxi et l'affranchissement de la livraison. En retour, il acceptait d'annuler la dette de $600 qu'elle lui devait.

Le 23 septembre, Albert Guay, accusé du meurtre de sa femme, ainsi que de 22 autres personnes, est arrêté à son domicile du quartier Saint-Sauveur. L'enquête préliminaire est fixée au 4 octobre.

Albert Guay

Albert Guay, né en 1917, se faisait passer pour un bijoutier-horloger mais il n'était en réalité qu'un colporteur de montres. Il se querellait souvent avec sa femme et était tombé amoureux d'une serveuse de restaurant de 17 ans, Marie-Ange Robitaille, qu'il rencontrait dans une maison de chambre de Saint-Roch appartenant à Marguerite Pitre.

Marie-Ange manifestait parfois le désir de le quitter car elle ne considérait l'avenir que dans le mariage. Guay décide alors de se débarrasser de sa femme. Comme le divorce est interdit par l'Église et que la demande d'un bill privé à Ottawa pour divorcer est extrêmement coûteux, il envisage l'assassinat. Il demande d'abord à une de ses connaissances de l'aider à l'empoisonner mais, devant le refus de ce dernier, il préfère s'y prendre autrement. C'est alors que lui vient l'idée d'envoyer sa femme en avion à Baie-Comeau et de le faire exploser par une bombe qu'il y aurait préalablement placée.

Il demande d'abord à Marguerite Pitre, décidément bien naïve, d'acheter de la dynamite à la quincaillerie Samson et Giroux de Québec afin, affirme-t-il, de défricher un terrain boisé qu'il vient d'acquérir sur la Côte-Nord. Il recrute ensuite Généreux Ruest, frère de Marguerite et bricoleur à ses heures, afin qu'il lui fabrique une bombe à retardement avec la dynamite, un mécanisme d'horlogerie et des piles de lampe de poche. Ruest, qui s'y connaît en mécanisme d'horlogerie, accepte de l'aider.

Le matin du 9, Guay achète un billet aller-retour Québec-Baie-Comeau pour sa femme en plus de l'assurance-vie de 10 000 $. Puis, il rencontre Marguerite Pitre à la Gare du Palais et lui remet la statuette contenant la bombe qu'elle doit emmener à l'avion. Enfin, il accompagne sa femme à l'aéroport. Une dispute entre les deux fait subir un retard de 5 minutes au décollage de l'avion. S'il était parti à l'heure, il aurait explosé au-dessus du fleuve et toutes traces de preuves incriminant Albert Guay auraient disparu dans la mer.

Le procès et ses suites

Le procès d'Albert Guay se déroule au Palais de Justice de Québec et débute le 23 février 1950. Des débris sont montrés comme pièces à conviction. Des experts ainsi que des connaissances de l'accusé témoignent. On met également en évidence le fait qu'un crash aérien a eu lieu dans des conditions à peu près identiques aux Philippines quelques mois auparavant. Le 14 mars, Guay est déclaré coupable et doit être pendu le 23 juin.

En juin, Guay réussit cependant à gagner du temps et passe à ses propres aveux. Il accuse Marguerite Pitre et Généreux Ruest d'avoir substitué à son propre colis un autre paquet contenant l'engin explosif. Comme les policiers semblent plutôt sceptiques, il déclare que ses complices étaient au courant de toute la machination, et qu'il est prêt à témoigner contre eux à un éventuel procès.

Cela pourrait être considéré comme un stratagème pour lui faire gagner du temps et ainsi obtenir un sursis avant d'être pendu, mais les policiers décident de ne pas prendre de risques. Le 6 juin, Généreux Ruest est arrêté et huit jours plus tard sa sœur Marguerite l'est à son tour.

Ruest est jugé en novembre. Il admet avoir fabriqué la bombe, mais nie avoir été au courant des véritables intentions de Guay. Celui-ci lui avait fait croire vouloir défricher son terrain à Baie-Comeau. Malgré le manque de preuves, il est reconnu coupable de meurtre le 13 décembre.

Le procès de Marguerite Pitre se déroule du 6 au 16 mars 1951. Encore plus que Généreux Ruest, elle est victime de l'acharnement des procureurs de la Couronne qui la traitent comme une manipulatrice de premier ordre. En réalité, elle n'est que naïve et peu intelligente Elle est aussi la cible de la vindicte de la populace qui la croit aussi coupable qu'Albert Guay.

Albert Guay est pendu à la prison de Bordeaux (Montréal) le 12 janvier 1951. Ses derniers mots sont :"Au moins je meurs célèbre!" Généreux Ruest est à son tour pendu le 25 juillet 1952, malgré la tuberculose osseuse dont il est atteint depuis des années. Enfin, le 9 janvier 1953, Marguerite Pitre devient la dernière femme à être pendue au Canada.

 

 

 

Mes sources:
http://www.cinemovies.fr/fiche_film.php?IDfilm=9177
http://fr.wikipedia.org/

Journal La Presse, samedi 20 juin 2009


Retour aux Légendes québécoises




Accueil