À vos crayons ! 

Combien de fautes y a-t-il dans cette dictée ?

Note: Ce texte a été établi par Micheline Sommant et révisé par le jury national pour un concours, en France, en 1985. 
C'est l'envoi d'une correspondante.
Note: Vous trouverez le corrigé ici
.

 

Un sportif passionné d'enthomologie.

Quoi que les diverses taches qu'il s'était imposé ne lui eussent pas laissé quantité de loisirs, ce sportif dont tout le monde parlait, si tôt qu'il avait pu disposer de quelques heures, les avaient toutes entières consâcrées à ces artropodes s'y attachant que sont les insectes.

 Grâce à son engouement, la ville de Franche-Comté qui l'avait encouragé s'était alors octroyé un budget spécial destiné à la fondation d'une maison d'enthomologie, mi museum, mi laboratoire. Tels Charles Darwin, Johann Christian Fabricius, Maurice Maeterlinck, notre enthomologiste, renommé à plusieurs titres, avait suscité l'admiration des Francs-Comtais néo-phytes et renforcé la passion des initiés... à tel point que la ville ne pouvait plus espéré fixer ailleurs l'attention de ses habitants. En dépît des clubs de jiu jitsu, d'une pinachothèque, nouvelle-née, des cinémas mis à leur disposition, rien ne parvenait à supplanter le museum des insectes ! 

Curieux et fascinant museum ! On n'y trouvait des specimens du monde entier : du Venezuela au Zaire en passant par la Libye et le Mozanbique. Exceptées les arachnides, cela va de soie, l'ordre des coléoptères était représenté notamment par des lucanes, ou cerfs volants ;  les archyptères, par des termites bien épinglées, les hyménoptères, par des tentrèdes, très courants sur les peupliers ou les poiriers ;  les diptères, par des anophèles. Impossible d'énumérer ici tous les ordres et espèces figurants dans les vitrines...

Ainsi ce sportif hors du commun avait-il mis en scène cette fantastique saga     - d'environ quinze mille cinq cents sujets répertoriés -  préparée dans les coulisses féériques de son laboratoire, parmi des flacons de cyanure, des ampoules de créosote, de nombreux volumes de l'oeuvre de Buffon, des bocaux de couleur jaune ambré où reposaient des chrysalides vouées à une éclosion prochaine...

Et si parfois il lui incombait de guider un groupe, à l'issu d'une visite quasi-accélérée et quelque fut l'importance des pièces que naguère vous y voyez exposée, il attirait l'attention de tous vers son lieu de prédilection, où était reconstitué, sous-verre, le duo illustrissime de la littérature française, "La Cigale et la Fourmi ", sous les traits d'automattes de charmes vêtus de plusieurs velours bleus sombres chamarrés d'or et de soieries mélées et châtoyantes.


Bernard Pivot, Le livre de l'orthographe, Ed. Hatier