À vos crayons ! 

Quinze fautes à trouver dans la Dictée des Amériques de 2007

 
Voici le texte original avec, en rouge, les fautes corrigées.

 



Faut-il punir les enfants qui font des fautes ?


Tu sais, mon fils, « savoir écrire » et « écrire », ce n’est pas, quoi qu’on en pense,
nécessairement la même chose.

Savoir écrire, c’est tout bonnement être capable de transcrire des phrases que quelqu’un dicte selon des us et coutumes, des règles et des codes bien arrêtés. Tellement qu’à chaque fois qu’on crée une expression, on doit immanquablement créer une exception.

Par contre, écrire exige de jouer avec sa langue. Car la langue, chose étrange qui vit dans un palais près de l’oropharynx, goûte des choses étonnantes et en émet d’autres plus surprenantes encore, est aussi un système simple et complexe, avec son content de contradictions.

C’est le lien, mais aussi le caprice, la foucade. La souveraine tatillonne, mais aussi
l’esclave. Et bien que ta langue se situe judicieusement à l’étage supérieur de ton
anatomie, elle justifie occasionnellement une chiquenaude affectueuse sur sa partie
postérieure.

Pour châtier sa langue, il faut être amoureux, condition sine qua non! Les passe-droits, quels qu’ils soient, sont exclus. À la tendresse, alexandrins et heptasyllabes ne sont que poudre aux yeux. À l’amour, quatrains et ballades ne sont que succédanés pour âmes atrophiées. Mais à ta mort, seul sera pérenne ce que tu auras fait de ta langue. Sers-t’en. Révèle qui tu es. Proclame qui tu aimes. Prends ta parole. Erre souvent et recommence : par ton opiniâtreté, tu acquerras ta liberté.

Alors, faut-il punir les enfants qui font des fautes ? Les enfants ne font jamais de fautes, ils commettent des erreurs. Tenons-nous-le pour dit : ce sont les adultes qui font des fautes. Une erreur, c’est écrire ornithorynque, hyacinthe ou ypérite avec deux i. Une faute, c’est écrire faire la paix, sans x et surtout la faire sans coeur!

quoi qu’
Ce pronom relatif indéfini s’écrit en deux mots. Il ne faut pas le confondre avec la conjonction quoique, en un mot. Un petit truc : quoi que s’écrit en deux mots si cela ne peut pas être remplacé par bien que.

immanquablement
Immanquable, immanquablement s’écrivent avec deux m et donc six jambages.
Immanquablement signifie « infailliblement, sûrement », mais sa graphie en a peut-être fait faillir certains…

une exception
Exception est féminin

oropharynx
C’est la partie moyenne du pharynx qui communique avec la bouche. Du latin os, oris « bouche », ce mot s’écrit sans trait d’union.

tatillonne
Deux l, deux n, mais pas d’accent circonflexe sur le a de cet adjectif, même s’il y en a un dans le verbe tâter, qui est de la même famille.

occasionnellement
Deux c, deux n, deux l dans cet adverbe.

châtier
Châtier, avec un accent circonflexe sur le a, c’est infliger une peine, punir sévèrement; châtier son langage, son style, c’est lui donner le maximum de correction, de pureté. Une langue châtiée est une langue très correcte.

passe-droits
Un passe-droit, avec un trait d’union, est une faveur accordée contre le droit, le règlement, l’usage. Au pluriel, seul droit prend un s, car passe est un verbe.


quels qu’
Quand quel que précède immédiatement un verbe, il s’écrit en deux mots et quel s’accorde en genre et en nombre avec le sujet du verbe, ici ils, masculin pluriel, représentant les passe-droits.

ballades
Une ballade, avec deux l, est un petit poème lyrique. Il ne faut pas le confondre avec balade, un seul l, qui signifie « promenade ».

atrophiées
Est atrophié ce qui est anormalement petit, affaibli, dégradé. Cet adjectif s’écrit avec p, h, et s’accorde ici au féminin pluriel avec âmes.

Sers-t’en
C’est la deuxième personne du singulier de l’impératif du verbe pronominal se servir de quelque chose, s’en servir. Il y a un trait d’union entre sers, s, e, r, s, et le pronom personnel élidé t apostrophe, mis pour toi, qui précède le pronom adverbial en.

opiniâtreté
Un accent circonflexe sur le a, car en vieux français ce mot comportait un s.
L’opiniâtreté, c’est la persévérance, la volonté tenace.

acquerras
C’est le futur de l’indicatif du verbe irrégulier acquérir, à la deuxième personne du singulier. Ne pas oublier le c devant la lettre q, ni les deux r.

Tenons-nous-le
Il y a deux traits d’union : l’un entre l’impératif et le pronom personnel à la première personne du pluriel, et l’autre entre ce pronom et celui qui est à la troisième personne.

 

Mes sources : http://www.dicteedesameriques.com/


Retour au  
Sommaire des dictées pièges

Retour à
Le Grenier de Bibiane