Boubala
 

Selon une coutume très ancienne, lorsqu'ils se trouvent en supériorité numérique, les cannibales ont la fâcheuse habitude d'appliquer ce principe pourtant bien chrétien: «Tu aimeras ton prochain (avec ou sans sauce).»

Le problème était de taille puisque, pour le voyage de Boubala à Balaubut, les missionnaires ne disposaient que d'une chaloupe, laquelle ne pouvait prendre plus de deux personnes à la fois.  Par surcroît, un seul missionnaire savait ramer, et un seul cannibale pouvait en faire autant.

 Dans ces conditions, comment ont-ils pu procéder pour tous aller de Boubala à Balaubut, sans jamais laisser la supériorité numérique aux cannibales?

 

 

Solution ici

 

 
Accueil / Sources / Tous droits réservés ©2007