J'arrive de chez le médecin
Une pilule pour ci, une pilule pour ça
Il est vrai que ça nous tient en vie ces machins-là
Et de plus, ça fait vivre les pharmaciens
Mais, en plongeant dans le coffret de mes souvenirs
Dont je détiens la clé
Je ne peux m'empêcher de sourire
En pensant que la médecine du terroir de mon enfance a bien changé

Trois petites tablettes de l'armoire contenaient le nécessaire
En cas d'accident et différents malaises
Du peroxyde pour prévenir l'infection
Du gingembre pour mauvaise digestion
De l'huile de castor, si vous étiez constipé
Bandage et élastoplast, au cas où vous seriez écorché
L'automne arrivé, comme suppléments
Deux remèdes exécrables, si on s'en souvient
De l'huile de foie de morue pour vous fortifier
Du soufre (ouach !) pour vous purifier
Et nous étions gras et rougeauds
La dizaine de marmots
Devant la vie, qui s'ouvraient devant nous
Comme on était bien chez-nous
L'amour, la tendresse de nos parents
Étant pour tous nos bobos, le meilleur des onguents
Plus tard, les pharmaciens nous ont ouvert leur porte
Avec des médicaments plus efficaces
Voilà le progrès, chers amis
Mais, avouons-le entre nous
Nos remèdes avaient moins d'effets secondaires
Que ceux du pharmacien

Sr Marie-Anna Gauthier PSSF

Illustration: http://www2.ac-lille.fr/matisse-ostricourt/conte12.htm

Retour au sommaire

Retour à
Le grenier de Bibiane