Les larmes que l'on verse...

Sr Marie-Anna Gauthier PSSF

 

 " Quelles que soient les larmes que l'on verse, on finit toujours par se moucher. "

Ma soeur, me direz-vous, vous avez de l'audace, aborder avec un peu de légèreté, un sujet aussi sérieux que les larmes, la souffrance ...

Mais non, au contraire, les aborder avec un peu d'humour, voilà ce qui les rend plus faciles à accepter. Croyez-en ma vieille expérience...

Il y a quelques années, alors que j'étais en service dans un archevêché, arrive au réfectoire un bon curé, accompagné de son vicaire, lequel semblait mal en point.
"Ma soeur, me dit le curé, mon bon vicaire est au bout de son rouleau. Il a prêché, confessé, célébré deux baptêmes, rencontré bien des gens, n'auriez-vous pas, en réserve, une bonne parole pour le stimuler un peu ?
Sans plus réfléchir, je lui cite la phrase, que vous connaissez déjà :
 " Quelles que soient les larmes que l'on verse, on finit toujours par se moucher. "
L'effet n'a pas tardé: l'étonnement d'abord, de francs éclats de rire... et, je vois approcher le vicaire qui me dit en souriant: "Merci ma soeur, je pense que vous m'avez remonté pour le reste de la semaine ! "

Et voilà ! En transposant cela au point de vue spirituel , il serait peut-être plus efficace de méditer sur les paroles de Jésus:
"Vous qui ployez sous le fardeau, venez à moi, je vous soulagerai !"
ou encore:
"J'élève mon âme vers toi mon Dieu, ceux qui t'espèrent ne seront pas déçus."

À vous de choisir !
 


 

 

Retour au
Sommaire des textes

 

Retour à
Le Grenier de Bibiane
 



Création graphique: Bibiane Grenier
Photo : Lyne Montpetit